Quels défis les autorités locales et nationales rencontrent-elles lorsqu'elles coordonnent leurs actions en matière de migration? Existe-t-il des bonnes pratiques qui pourraient en inspirer d'autres?

Lors de la réunion labellisée Processus de Rabat «Autorités nationales, autorités locales et migrations», les partenaires du Dialogue ont discuté pour la toute première fois du rôle des autorités locales et des villes, aux côtés des autorités nationales, dans la gouvernance des migrations. Cette réunion s'est tenue les 14 et 15 septembre 2021 à Paris, pilotée par le Ministère français de l'Europe et des Affaires étrangères et du Ministère français de l'Intérieur, et avec le soutien du Secrétariat du Processus de Rabat.

La réunion a ouvert un dialogue entre les autorités locales et nationales et a attiré un public diversifié de plus de 80 participants, comprenant non seulement les pays et organisations partenaires du Processus de Rabat, mais aussi des chercheurs et des représentants d'organisations internationales et de la société civile. Il s'agissait également de la première réunion au format hybride, qui permettait aux participants de se joindre aux discussions soit en personne, soit par vidéoconférence.

Réunion labellisée Processus de Rabat
Le système de labellisation permet aux pays partenaires du Dialogue de prendre l'initiative de mettre en œuvre des activités conformes au Plan d'action de Marrakech. Ce faisant, ils contribuent à atteindre les objectifs du plan d'action tout en répondant à leurs propres priorités stratégiques.

En reconnaissance du rôle important que les autorités locales et les villes jouent dans la réponse aux besoins des migrants, et de l'approche inclusive et multipartite approuvée dans le Plan d'action de Marrakech, l'objectif général de la réunion était de discuter des différentes manières dont les autorités locales et nationales peuvent travailler ensemble pour mieux se coordonner en matière de migrations. Cela passe notamment par une gouvernance partagée, et à ce titre, la réunion a exploré plusieurs modèles de gouvernance à plusieurs niveaux dans le domaine de la migration, ainsi que les bonnes pratiques en matière de coordination.

Priorité transversale 4 du Plan d’action de Marrakech
« Une approche inclusive et pluripartite»:
«[…] les partenaires s’attacheront à impliquer tous les acteurs sous la coordination des autorités nationales (les organisations régionales, les autorités locales, les autorités traditionnelles et coutumières, les représentants de la société civile et des communautés de migrants et de réfugiés, les partenaires sociaux, le secteur privé, les médias et le monde académique), ainsi que les Organisations Internationales pertinentes pour assurer une gestion coordonnée et ordonnée de toutes les dimensions du phénomène migratoire. »

Une approche interactive pour favoriser les discussions

Tenue dans le symbolique Musée national de l'histoire de l'immigration, la réunion a adopté une approche interactive. Elle a débuté par une activité brise-glace, qui a demandé aux participants de réfléchir aux raisons de leur venue et à leurs attentes. En outre, une activité de jeu de rôle sur l'inclusion socio-économique des nouveaux arrivants a été organisée, afin de promouvoir la discussion entre les participants. Elle leur a permis d'observer la complémentarité entre les différents niveaux d'autorité et le rôle clé des collectivités territoriales dans l'intégration sociale et économique des migrants.

Principales conclusions, défis et opportunités: impliquer le niveau local dans le Processus de Rabat

L'inclusion des gouvernements locaux/subnationaux dans la gouvernance mondiale sur les questions de migration s'est accélérée au cours de la dernière décennie. En outre, aux niveaux régional, continental et international, il existe de nombreux réseaux, coalitions et associations formels et informels qui rassemblent les autorités locales et les villes pour échanger des connaissances, encourager la coopération décentralisée et explorer des solutions locales innovantes. En ce qui concerne l'inclusion socio-économique des migrants et des réfugiés, qui a constitué un autre thème central de la réunion, les participants ont souligné la nécessité d'une coordination étroite entre les gouvernements locaux, l'État central et la société civile.

Le document final de la réunion donne un aperçu des principales conclusions, ainsi que des défis et opportunités liés à la coordination entre les autorités locales et nationales :

L'un des résultats attendus était que les discussions et les débats de la réunion alimentent la réflexion en cours des partenaires du Processus de Rabat sur l'implication future des villes et des autorités locales dans le Dialogue et le Plan d'action de Marrakech. En coordination avec le Comité de pilotage, la France a élaboré une courte note proposant différentes manières d'inclure les acteurs locaux dans le Dialogue. Ce document sera présenté lors de la prochaine Réunion des fonctionnaires de haut niveau à Malabo pour décision.

Photos de la réunion «Autorités nationales, autorités locales et migrations»

14-15 septembre 2021, Photos © Xavier Granet