Youtube

Le rapport d'évaluation sur les "Lacunes, besoins et pratiques transférables en matière de lutte contre la traite dans les États membres de la CEDEAO et en Mauritanie" est le résultat d'une recherche approfondie dirigée par le Secrétariat du Processus de Rabat. En effet, la lutte contre la traite des êtres humains est une priorité absolue pour les 15 États membres de la CEDEAO et pour la Mauritanie. C'est également un engagement que tous les pays partenaires du Processus de Rabat ont pris dans le cadre de la Déclaration et du Plan d'action de Marrakech, ainsi que du Plan d'action conjoint de La Valette.

Mieux comprendre les défis et les réponses à la traite des êtres humains

Cette toute première évaluation répond au mandat du Dialogue qui consiste à aider les pays partenaires à mieux comprendre les défis et les réponses à apporter à la traite des êtres humains tout en leur donnant la possibilité de tirer profit des expériences régionales réussies. Conformément à cet engagement, le Secrétariat du Processus de Rabat, qui est mis en œuvre par le Centre International pour le Développement des Politiques Migratoires (ICMPD), a été chargé de cette évaluation. L'évaluation, qui a nécessité des recherches documentaires, des consultations et des entretiens avec un large éventail d'acteurs de la lutte contre la traite des êtres humains, issus d'agences gouvernementales, de la société civile et d'organisations internationales et régionales, a été réalisée par l'équipe de recherche du programme de lutte contre la traite des êtres humains de l'ICMPD.

Une analyse des défis régionaux et une boîte à outils de pratiques prometteuses

L'évaluation analyse les défis nationaux et régionaux liés à la prévention de la traite des êtres humains, à la protection des victimes et à la poursuite des trafiquants. Tout cela en examinant les mécanismes de renforcement de la coopération nationale et transnationale dans la lutte contre cette criminalité. En effet, l'une des principales conclusions de l'évaluation souligne comment une mauvaise communication entre les autorités nationales dans la sous-région conduit souvent à un renvoi incohérent et à une protection inadéquate des victimes.

En outre, le rapport propose une boîte à outils présentant un ensemble de pratiques prometteuses avec des analyses de leur reproductibilité dans différents contextes. Le rapport sera un outil important pour guider les États membres de la CEDEAO et la Mauritanie dans leurs résolutions visant à améliorer le soutien et les services aux victimes et aux survivants de la traite des êtres humains.

Les principales sections en un coup d'œil

Les principales sections du rapport d'évaluation comprennent:

  • Tendances de la traite des personnes dans la région de la CEDEAO et en Mauritanie
  • Cadre juridique et politique de lutte contre la traite des êtres humains aux niveaux national, régional et international
  • Mécanismes de coopération internationale et régionale pour la protection des victimes et la poursuite des trafiquants
  • Mécanismes nationaux de coopération pour la protection des victimes et la poursuite des trafiquants
  • Protection et inclusion sociale des victimes de la traite des êtres humains
  • Pratiques transférables - une boîte à outils

Télécharger:

"Evaluation des lacunes, des besoins et des pratiques transférables en matière de lutte contre la traite dans les Etats membres de la CEDEAO et en Mauritanie" - Secrétariat du Processus de Rabat 2020