Youtube

La France, qui présidait le Processus de Rabat depuis le 3 juin 2019, en a passé aujourd'hui, le 7 décembre 2020 la présidence à la Guinée équatoriale. Dans une vidéo-interview récente, l'Ambassadeur Jean-Marie Bruno, Chef du service des affaires internationales et européennes au Ministère de l'intérieur français, revient sur les résultats et les défis de ces derniers mois.

La période de présidence française a été sérieusement affectée par la pandémie de Covid-19 qui a entraîné le report de plusieurs événements majeurs. Néanmoins, le Dialogue a su réagir et s'adapter rapidement à ces circonstances difficiles. Sous la présidence française, de nouvelles solutions digitales ont été explorées et mises en œuvre avec succès par le Processus de Rabat (y compris un Comité de pilotage virtuel du Processus de Rabat).

Vidéo-interview: Bilan de la présidence française

Les priorités de la présidence française

La France a choisi trois priorités thématiques pour sa présidence:

  • Renforcer les capacités des pays d'origine dans la lutte contre le trafic de migrants et la traite des êtres humains;
  • Promouvoir l'engagement des diasporas pour le développement des pays d'origine, en particulier par le biais des transferts de fonds;
  • Explorer des questions liées au retour et à la réintégration.

Événements et jalons de la présidence française

Plusieurs réunions en face à face ont eu lieu en 2019 :

  • Une réunion technique sur la gestion des frontières, organisée à Madrid en juillet 2019, s'est concentrée sur les bonnes pratiques de coopération bilatérale et régionale dans les domaines de la lutte contre l'immigration clandestine et, plus largement, de la gestion des frontières. La réunion a rassemblé un nombre particulièrement important de participants, ce qui témoigne de l'intérêt commun pour ce sujet.
  • Un atelier régional sur la lutte contre le trafic de migrants a eu lieu en octobre 2019 à Abidjan, il a été l'occasion de partager des expériences et de formuler des recommandations basées sur les bonnes pratiques mises en œuvre par les États signataires de la déclaration de Niamey. Un événement parallèle, en collaboration avec le Centre des migrations mixtes (MMC), s'est concentré sur l'élaboration de scénarios de migration mixte en Afrique de l'Ouest.
  • Un atelier technique sur les transferts de fonds des diasporas a été organisé en novembre 2019 à Abuja. L'atelier a mis en place cinq groupes de travail, qui ont chacun émis des recommandations sur la manière de mobiliser les transferts de fonds pour des investissements productifs dans les pays d'origine.

En outre, plusieurs études et publications ont été publiées pendant la présidence française :

Covid-19 : Activités de dialogue virtuel

Si les deux premières priorités ont été traitées comme prévu, plusieurs événements qui devaient se tenir en 2020 ont dû être reportés en raison de la crise sanitaire du Covid-19. Il s'agissait de l'atelier technique sur le retour volontaire et la réintégration prévu en février 2020 à Yaoundé, de l'atelier technique labellisé Processus de Rabat sur le lien entre migration et développement prévu en avril 2020 à Paris, du Comité de pilotage et de la réunion des fonctionnaires de haut niveau qui devaient aussi avoir lieu à Paris, de la réunion thématique sur les villes, les autorités locales et la migration et du premier atelier technique sur l'élaboration de scénarios migratoires, en partenariat avec le MMC.

En réponse à ces nouvelles circonstances, un nouveau programme a été élaboré sous la direction de la France, qui s'est appuyé sur des réunions virtuelles, des notes d'analyse et des outils audiovisuels. Une réunion virtuelle des pays référents, incluant les membres du Comité de pilotage, et une réunion virtuelle du Comité de pilotage ont eu lieu en octobre 2020. En outre, un rapport d'évaluation sur les lacunes et les besoins en matière de lutte contre la traite des êtres humains a été présenté aux partenaires du Dialogue lors d'un webinaire en septembre 2020.

Un comité de pilotage conjoint avec le Processus de Khartoum est prévu en décembre 2020 afin de valider la nouvelle version du texte du JVAP. Il se tiendra lui aussi sous un format virtuel.

La réunion prévue sur le retour et la réintégration se déroulera sous forme d'une table ronde virtuelle en janvier 2021, soutenue par des outils audio-visuels et reste prévue sous un format présentiel si les conditions sanitaires le permettent. De plus, une dernière séquence réunissant la réunion des fonctionnaires de haut niveau et l’atelier migrations internationales et développement est prévue à Paris au mois d’avril 2021.

Les publications susmentionnées ont également contribué à la création et au partage des connaissances dans le cadre du Dialogue et au-delà. En outre, une note d’analyse sur l'impact du Covid-19 sur la migration et la mobilité dans la région du Processus de Rabat est à paraître.

Leçons tirées du Dialogue à distance

La crise du COVID-19 a encouragé la présidence et le Secrétariat à explorer des outils virtuels pour maintenir le dialogue à distance. Cela s'est avéré particulièrement fructueux pour les réunions au niveau stratégique, comme celles du Comité de pilotage et des pays référents. Cette période inhabituelle a permis de confirmer que le Processus de Rabat est en mesure de se réunir de manière flexible, simple et rapide au niveau stratégique.

À l'avenir, les outils et réunions virtuels pourraient faire partie du programme régulier du Processus de Rabat, car la France recommande de poursuivre la réflexion sur leur utilisation (voir le rapport de bilan). Les solutions virtuelles ont le potentiel de réduire les coûts de participation, d'accroître l'accessibilité des réunions de dialogue et d'introduire de nouvelles activités en ligne telles que des formations et des vidéos.

De décembre 2020 à juillet 2021, la Guinée équatoriale préside le Processus de Rabat. Découvrez les priorités de la Guinée équatoriale et consultez le calendrier pour voir le programme d'activités actualisé:

Voir calendrier