À la demande des pays partenaires du Processus de Rabat, exprimée lors de la Réunion des fonctionnaires de haut niveau de 2019 à Ouagadougou, une évaluation des lacunes, des besoins et des pratiques transférables en matière de lutte contre la traite dans les États membres de la CEDEAO et en Mauritanie a été réalisée au cours de la période 2019-2020. Le 16 septembre 2020, de 14h00 à 15h00 (CEST), le rapport d'évaluation sera présenté aux partenaires du dialogue et discuté lors d'une réunion virtuelle.

Depuis 2019, le Processus de Rabat collabore avec le Centre de migration mixte (MMC). En octobre 2019, un atelier d'élaboration de scénarios a été organisé en marge d'une réunion du Processus de Rabat à Abidjan qui a analysé les futures migrations mixtes en Afrique de l'Ouest en 2030. En outre, la signature d'un mémorandum d'accord entre le MMC et le Centre international pour le développement des politiques migratoires (ICMPD), qui assure le Secrétariat du Processus de Rabat, est en cours. Une nouvelle publication met désormais en lumière le travail du MMC, y compris sa collaboration avec le Processus de Rabat.

Cet atelier ouvrira une séquence de trois jours prévue à Paris en octobre et qui réunira les pays membres du Processus de Rabat pour plusieurs rencontres.

Intitulé « migrations internationales et développement : intégration de la dimension migration dans les politiques de développement et de coopération au développement », l’objectif général de cet atelier est d’améliorer la compréhension et la connaissance des politiques et stratégies intégrant le lien entre migration et développement ainsi que leur suivi et leur mise en œuvre dans la région du Processus de Rabat.

La Réunion des fonctionnaires de haut niveau des Etats membres du Processus de Rabat se tiendra les 20 et 21 octobre à Paris, en France. Elle clôturera ainsi l’année de présidence française du dialogue et permettra d’en faire le bilan. L'événement marquera la passation de la présidence française à la Guinée Equatoriale, membre du Comité de Pilotage qui a manifesté le désir d’assumer ce rôle.

En tant que dialogue basé sur des réunions en face à face, le Processus de Rabat a été affecté par la pandémie de COVID-19, ce qui a entraîné un report des réunions prévues au premier semestre 2020. Néanmoins, l'année 2020 est marquée par plusieurs évènements de grande importance pour les partenaires du Processus de Rabat, allant des discussions dans des forums techniques à des conférences politiques de haut-niveau. Consultez le calendrier de toutes les activités du dialogue et jalons du Processus de Rabat en 2020. 

Abuja, les 5 et 6 novembre 2019, accueilli par le Nigéria et coprésidé par la France et la Belgique.

Les 5 et 6 novembre 2019 un Atelier technique « Transferts de fonds des diasporas et développement durable » s’est tenu à Abuja. Cet atelier, ouvert par le ministre nigérian des Affaires étrangères et coprésidé par la France et la Belgique, a été organisé autour de 5 groupes de travail, tous ayant pour but de présenter des bonnes pratiques (une douzaine au total) dans le domaine de la mobilisation des transferts de fonds en faveur de l’investissement productif dans les pays d’origine. 

Abidjan, le 24 octobre 2019, accueilli par la Côte d’Ivoire et coprésidé par la France.

Le Processus de Rabat a organisé un Atelier Régional sur la "Lutte contre le trafic de migrants" à Abidjan, Côte d’Ivoire, le 24 octobre 2019. La réunion, coprésidée par la France et la Côte d’Ivoire, a rassemblé 68 participants représentant 25 pays partenaires du Dialogue (dont 10 pays européens et 15 pays africains), l'Union européenne, la CEDEAO, l’ONUDC, Frontex, le HCR, Interpol, MMC, SEEFAR et des experts de l’ICMPD. Cette rencontre a été l’occasion d’opérer un premier rapprochement entre le Processus de Rabat et le Dialogue de Niamey qui regroupe 17 pays européens et d’Afrique de l’Ouest pour la lutte contre le trafic de migrants et la traite d’êtres humains.

Abidjan, 24 octobre 2019, organisé par le Centre de migration mixte 

Le Secrétariat du Processus de Rabat, en collaboration avec le Centre de migration mixte (MMC), a organisé un événement parallèle en marge de l'atelier du Processus de Rabat sur le trafic de migrants qui s'est tenu le 24 octobre 2019. Cet exercice pilote d'élaboration de scénarios sur les futures migrations mixtes en 2030 a été testé pour la première fois dans le cadre du Processus de Rabat, et par la suite dans celui du Processus de Khartoum lors de la réunion des fonctionnaires de haut niveau du 6 mars 2020.

L'étude « Immobilité sociale versus mobilité sociale – Les causes profondes de l’émigration internationale » a été réalisée par Nelly Robin (Institut de recherche pour le développement / IRD) dans le cadre du Processus de Rabat. Elle a été initialement menée à la demande de la France, afin de nourrir les débats lors de la réunion thématique du Processus de Rabat sur les causes profondes de la migration irrégulière (tenue à Paris en octobre 2018) et vise à alimenter les débats scientifiques et politiques sur les migrations internationales récentes.

Madrid, les 1er et 2 juillet 2019, accueillie par l'Espagne et coprésidée par le Maroc.
Le Processus de Rabat a organisé une Réunion Technique sur la "Coopération entre pays d'origine, de transit et de destination dans le domaine de la gestion des frontières" à Madrid, Espagne, du 1er au 2 juillet 2019. La réunion, coprésidée par le Royaume d'Espagne et le Royaume du Maroc, a rassemblé 80 participants représentant 33 pays partenaires du Dialogue (dont 13 pays européens et 20 pays africains), une délégation de l'Union européenne et des experts de l’ICMPD. Pour la première fois, des représentants du Liban - un pays qui n'est pas partenaire du Dialogue - ont été invités à prendre part aux discussions, afin de partager les connaissances et l’expérience acquises en matière de gestion des frontières dans le contexte très spécifique de leur pays.